une planche extraite de cette BD

APRES LA RAFLE

HISTOIRE

One Shot

Jo Weismann, un destin : l'un des derniers rescapés de la rafle du Vel' d'Hiv

Le 16 juillet 1942, les autorités de Vichy procèdent à une rafle de familles juives parisiennes.
Joseph et les siens sont conduits au Vélodrome d'Hiver, puis en wagons à bestiaux jusque dans
le camp de transit de Beaune -la-Rolande. Transit... Vers où ? Un matin, on arrache à Jo ses parents et ses deux soeurs, qui sont déportés à Auschwitz. À Beaune -la- Rolande, une autre guerre a commencé : celle d'un enfant de 11 ans perdu dans un camp d'orphelins.

Joseph est jeune, mais il sent, comprend. Il monte un plan d'évasion avec un autre enfant :
Joseph Kogan. Ensemble, ils se glissent sous 15 mètres de barbelés qu'ils " détricotent "
à mains nues, durant 6 heures d'affilée. Une fois extirpés des barbelés, ils courront pour leur liberté, dans un monde devenu cauchemar. Ils se retrouveront des années après leur évasion, pour tenter de mettre du baume sur leurs souvenirs... Depuis, Joseph Weismann, 90 ans aujourd'hui, participe à des conférences, des colloques, des débats, des films. Et il raconte.
Sa guerre à lui ne s'est jamais vraiment achevée. Mais nous sommes tous les héritiers de sa douleur et de ses espérances.


APRES LA RAFLE

versorecto
Scénario : DELALANDE, ARNAUD
Dessin : BIDOT, LAURENT
Couleurs : BIDOT, LAURENT
Éditeur : LES ARENES
Collection :
DL : 01/2022
Cote :
Format : Autre EO Cartonné 
ISBN : 979-1-03-750569-9
Nb. Pages : 120
Code :
Rangement :
Lieu d'achat :TRIBULLES
Publicité :non
-+-+- Resume -+-+-
Jo Weismann, un destin : l'un des derniers rescapés de la rafle du Vel' d'Hiv

Le 16 juillet 1942, les autorités de Vichy procèdent à une rafle de familles juives parisiennes.
Joseph et les siens sont conduits au Vélodrome d'Hiver, puis en wagons à bestiaux jusque dans
le camp de transit de Beaune -la-Rolande. Transit... Vers où ? Un matin, on arrache à Jo ses parents et ses deux sœurs, qui sont déportés à Auschwitz. À Beaune -la- Rolande, une autre guerre a commencé : celle d'un enfant de 11 ans perdu dans un camp d'orphelins.

Joseph est jeune, mais il sent, comprend. Il monte un plan d'évasion avec un autre enfant :
Joseph Kogan. Ensemble, ils se glissent sous 15 mètres de barbelés qu'ils " détricotent "
à mains nues, durant 6 heures d'affilée. Une fois extirpés des barbelés, ils courront pour leur liberté, dans un monde devenu cauchemar. Ils se retrouveront des années après leur évasion, pour tenter de mettre du baume sur leurs souvenirs... Depuis, Joseph Weismann, 90 ans aujourd'hui, participe à des conférences, des colloques, des débats, des films. Et il raconte.
Sa guerre à lui ne s'est jamais vraiment achevée. Mais nous sommes tous les héritiers de sa douleur et de ses espérances.