NIKOLAVITCH, ALEX

Scénariste/Dessinateur/Coloriste


Nombre total d'albums : 2

Série # Titre DL ISBN
ESCOUADE DES OMBRES (L') 1 SANCTION 06/2007 978-2-7316-2054-2
CENTRAL ZERO 1 LES PECHES DU PERE 01/2003 978-2-84565-370-2

^^ CENTRAL ZERO

1 - LES PECHES DU PERE

versorecto
Scénario : NIKOLAVITCH, ALEX
Dessin : FEJZULA, TONI
Couleurs : FEJZULA, TONI
Éditeur : SOLEIL
Collection :
DL : 01/2003
Cote :
Format : Grand EO Cartonné 
ISBN : 978-2-84565-370-2
Nb. Pages : 48
Code :
Rangement :
Lieu d'achat :AUCHAN
Publicité :non

^^ ESCOUADE DES OMBRES (L')

1 - SANCTION

versorecto
Scénario : NIKOLAVITCH, ALEX
Dessin : SHONG
Couleurs : <N&B>
Éditeur : LES HUMANOIDES ASSOCIES
Collection : SHOGUN SEINEN
DL : 06/2007
Cote :
Format : EO Broché 
ISBN : 978-2-7316-2054-2
Nb. Pages : 136
Code :MANGA
Rangement :
Lieu d'achat :NOZ
Publicité :non

-+-+- Info-Edition -+-+-
Avec une jaquette.
-+-+- Résumé -+-+-
Le capitaine Burke et son subordonné, le lieutenant Holbrecht, décident de ne pas obéir aux ordres de leurs supérieurs lors d’une mission militaire périlleuse. Dans cet univers où des êtres génétiquement modifiés, créés dans le but de coloniser des mondes inhabitables, finissent par clamer leur indépendance, refuser d’exécuter des civils d’une sous-espèce est vu d’un mauvais œil. Sous l’impulsion du parti des purs et malgré des états de service irréprochables, les deux militaires sont relevés de leurs fonctions et affectés à l’escouade disciplinaire 214.

Alexis Racunica, alias Alex Nikolavitch, scénariste (Central Zéro, Spawn : Simonie, La Dernière Cigarette) et traducteur de bandes dessinées, est un touche-à-tout qui ne se laisse pas enfermer dans un style ou un format. S’étant déjà attaqué au manga à l'européenne avec Tengu-do, il récidive dans cette collection Shogun des Humanoïdes Associés avec de la science-fiction grand public. Prépubliée dans Shogun Seinen, créé dans le sillage de Shogun Mag afin de séduire un lectorat légèrement plus âgé, cette série s'apparente à un feuilleton, notamment par sa cadence de lecture et son découpage en chapitres bien distincts (4 par album).

Si la constitution d’une équipe de rejetés, tombés en disgrâce d’un état major aux points de vue diamétralement opposés, et assignés à des missions casse-pipes évoquera un air de déjà-vu chez les lecteurs d’Universal War One et que les opérations en armures de combat peuvent faire penser à la série de Matz et Jacamon (Cyclopes), le scénario de ce premier tome ne parvient pas vraiment à convaincre. Malgré un monde futuriste séduisant et un contexte politique intéressant, les personnages ne sont pas assez charismatiques, la narration s’avère un peu fade et les opérations militaires manquent cruellement de punch.

Le graphisme du bordelais Shong Yong, issu du monde du jeu vidéo, n’est certainement pas étranger à certains de ces manquements. Le jeune dessinateur propose pourtant un design futuriste convainquant, mais, derrière une couverture très prometteuse se cache un dessin légèrement imprécis au niveau des physionomies et pourvu de personnages trop statiques pour une série qui porte l’accent sur l’action.

Prolongé par un bonus incluant un entretien avec le lieutenant Conrad Holbrecht et quelques pages du premier manga de Shong et Whalan (Red Earth Chronology), Sanction aura tout de même du mal à sortir cette escouade de l’ombre.