photo

SUPIOT, OLIVIER

Dessinateur/Coloriste

Né le 07/05/1971 en FRANCE.

Olivier Supiot fut révélé à Angoulême en 1997. Après des études d'Arts graphiques à Tours, quelques-unes de ses planches sont publiées dans « Fluide Glacial », puis en 1998, les Éditions du Cycliste éditent son premier album : Erzurum. En 1999, il débute Marie Frisson qui rencontre un très bon accueil. Il a réalisé Le Dérisoire en compagnie d'Eric Omond pour la collection Carrément BD, un ouvrage magnifique dans lequel il montre qu'il est également à l'aise dans la BD adulte. Avec cet album il a remporté le prestigieux prix du Meilleur Dessin au Festival d'Angoulême 2003. Toujours dans la même collection, il a aussi publié une aventure mêlant Vikings et Inuits : Féroce. Puis à partir de 2006 il travaille sur une trilogie inspirée des aventures du baron de Münchhausen chez Vents d'Ouest dans la collection Équinoxe. Pour la série d’aventures Le Narval, il est scénariste sur un dessin de Boris Beuzelin. Il prépare par ailleurs un nouvel opus en solo dans la collection Mille Feuilles de Glénat, un roman graphique de 120 pages en couleurs dans un univers steampunk (sortie prévue en 2011).

Texte © Glénat


Nombre total d'albums : 3

Série # Titre DL ISBN
COLLECTIONNEURS (LES) (BALOO) LES COLLECTIONNEURS 02/2015 979-1-09-249912-4
MARIE FRISSON 4 COMME UN OURAGAN 10/1982 2-7234-4005-2
NARVAL (LE) 1 L'HOMME DE FOND 01/2010 978-2-7234-7170-1

^^ COLLECTIONNEURS (LES) (BALOO)

LES COLLECTIONNEURS

versorecto
Scénario : BALOO
Dessin : ARIS,GILLES
BESSADI, BRUNO
DI MARTINO, RICHARD
ECO
FOERSTER, PHILIPPE
JURG
MIG
N'GUESSAN, MARC
SUPIOT, OLIVIER
TODHY
TRASS'BILL
Couleurs : AURELIA
BALOO
ECO
JURG
LEPREVOST, THIERRY
LEROLLE, CHRISTIAN
N'GUESSAN, MARC
SUPIOT, OLIVIER
TODHY
TRASS'BILL
Éditeur : DU LONG BEC
Collection : HUMORISTIK
DL : 02/2015
Cote :
Format : Normal EO Cartonné 
ISBN : 979-1-09-249912-4
Nb. Pages : 44
Code :
Rangement :
Lieu d'achat :VEEPEE
Publicité :non

-+-+- Resume -+-+-
L'album est constitué de onze histoires courtes de 4 pages sur le thème des collections et des collectionneurs. Le ton est satirique : généralement ces collections sont des "malédictions" pour ceux qui les ont élaborées, et ça se termine souvent mal !
Le scénariste admet que ces histoires sont imaginaires mais le pire, constate-t-il, c'est qu'en se documentant, il s'est rendu compte que tout se collectionne et que la réalité dépasse parfois la ficiton !!
Certaines des collections abordées dans l'ouvrage sont constituées d'objets (des tabatières, des dédicaces de bandes dessinées, des voitures, des téléphones,... ), mais pas seulement, nous croiserons dans cette BD un collectionneur "d'emmerdes" ou encore de "conquêtes" féminines...

^^ MARIE FRISSON

4 - COMME UN OURAGAN

  Avec plancheversorecto
Scénario : BAPTIZAT, ERIC
Dessin : SUPIOT, OLIVIER
Couleurs : SUPIOT, OLIVIER
Éditeur : GLENAT
Collection :
DL : 10/1982
Cote :
Format : Normal EO Cartonné  Dédicacé
ISBN : 2-7234-4005-2
Nb. Pages : 48
Code :
Rangement :
Lieu d'achat :SENS
Publicité :non

^^ NARVAL (LE)

1 - L'HOMME DE FOND

versorecto
Scénario : SUPIOT, OLIVIER
Dessin : BEUZELIN, BORIS
Couleurs : BEUZELIN, BORIS
Éditeur : GLENAT
Collection : TREIZEETRANGE
DL : 01/2010
Cote :
Format : Normal EO Cartonné 
ISBN : 978-2-7234-7170-1
Nb. Pages : 48
Code :
Rangement :
Lieu d'achat :BROCANTE
Publicité :non

-+-+- Resume -+-+-
Comme d’autres dans les films ou les romans des années 50 s’appelaient le gorille ou le grizzli, il est le Narval. A ceci près que c’est son patronyme et non un pseudo. Robert Narval donc : plongeur émérite (du coup « Bob » Narval, c’est mieux que Marcel Enclume), globe-trotter, aventurier, punching-ball. Futé aussi, ce qui ne l’empêche pas de tomber dans le premier piège venu. L’important étant évidemment d’en sortir…

Cette nouveauté fleure bon le vintage ! Alors que le cap semble mis pour une expédition exotique et dangereuse qui impliquera des rebondissements et un traitement sur un long format, Un coup d’épée dans l’eau en prend l’exact contre-pied pour se révéler être à la limite du prétexte pour présenter son personnage central. En tout et pour tout, ce segment, chargé de faire monter la sauce et soigner l’entrée en piste du héros, est exécuté En une dizaine de pages. Les quatre mini-récits, tous titrés et sous-titrés, qui lui succèdent n’ont pas besoin de plus d’espace pour se déployer. Digne dans la présentation et la construction des courtes histoires qu’on pouvait trouver dans Spirou, par exemple, il y a quelques décennies, signées par Maurice Tillieux et consorts. A chacun d’apprécier les qualités et les défauts de la concision. Et pourquoi pas, au besoin, de se broder quelques planches imaginaires supplémentaires, quand bien même il ne manque rien aux scènes telles qu’elles sont présentées.

A l’exact opposé d’autres titres qui recyclent scrupuleusement les caractéristiques de la ligne claire sous couvert d’en perpétuer l’esprit, Le Narval semble libre vis à vis de ces références. Tel quel, un petit clin d’œil par ci par là n’enferme pas dans un réduit qui sent la naphtaline. Subjectivité déplacée ? Voire, mais le respect ne devrait jamais empêcher une distanciation bienvenue et une touche de modernité. Ici, en plus d'une touche d'humour qui conduit notamment à malmener régulièrement Bob pour ne pas en faire une icône intouchable, le goût du jour est assuré par une approche de la violence et des dialogues plus contemporaine, ce qui n’exclut pas une dose de conscience dans le propos. Pour sa part, le dessin répond moins aux canons de l’école de Marcinelle qu’à des accents mignolesques ou brüno-esques pour un résultat clair et lumineux.

L’homme de fond, l’âme du fond plus que la forme. Un tome suivant avec un peu plus de profondeur encore, et voilà jetées les bases d’une nouvelle série qui conviendra à un large public.